Intérim ou Travail temporaire

Cadre du travail temporaire

L’intérim, aussi appelé travail temporaire, est un travail à effectuer de manière provisoire. Pour ce faire, une entreprise entre en contact avec une entreprise de travail temporaire (ETT) pour que celle-ci mette un salarié à sa disposition. L’entreprise recourant au salarié de l’ETT est appelée entreprise utilisatrice, elle est en charge de conclure un contrat de travail temporaire avec le travailleur temporaire qui lui est accordé.

Les avantages et inconvénients de l’intérim

Etant employeur, vous pouvez être surpris par un surplus passager d’activité. Pour ne pas avoir à frustrer et à surcharger vos employés en leur confiant ce surcroît, vous pouvez recourir à l’intérim. Vous n’aurez donc qu’à contacter une ETT qui vous « prêtera » un salarié temporaire, ce qui vous évitera des démarches longues et coûteuses de recrutement et vous permettra de trouver un salarié rapidement. A ne pas oublier, toutefois, qu’un délai de carence est soumis à l’entreprise utilisatrice entre deux contrats d’intérim sur un même poste et pour un seul motif.

Le délai de carence est d’un quart de la durée du contrat, il peut être renouvelé s’il dure quatorze jours au minimum.

Quand recourir à l’intérim ?

Un travailleur temporaire peut être sollicité pour remplacer un salarié en CDI ou en CDD qui, pour diverses raisons, est absent de son poste. Le recours à l’intérim peut également se faire si l’employeur souhaite prévenir un risque de suractivité passagère ou encore pour compenser le départ d’un employé avant que son poste ne soit supprimé. On peut également engager un travailleur temporaire en attendant que le salarié en CDI engagé pour occuper un poste défini ne prenne son service ou dans le cas où un salarié permanent est temporairement employé à temps partiel.

Dans quels cas le recours au travail temporaire est-il impossible ?

En tant que travailleur temporaire, vous serez donc surtout engagé pour remplacer un salarié. Cependant, il est interdit à l’entreprise utilisatrice de vous engager en tant que substitut à un salarié en grève ou à un médecin du travail. De même, une entreprise utilisatrice ne peut vous recruter pour effectuer des tâches dangereuses, sauf si la direction départementale de l’emploi l’autorise. Si vous êtes employeur et que vous avez effectué un licenciement économique six mois avant de vouloir embaucher un travailleur temporaire, vous ne pouvez pas non plus recourir à l’intérim.

Quelle durée maximale pour l’intérim ?

La cause du recours à l’intérim définit la durée de celui-ci. Si vous êtes travailleur temporaire chargé de remplacer un salarié absent, la durée de votre intérim sera de dix-huit mois au maximum. La durée est la même si vous êtes embauché parce que l’activité de l’entreprise utilisatrice croît abondamment mais temporairement ou pour des emplois d’usage. La durée maximale qui vous soit accordée en tant que remplaçant d’un salarié qui attend de prendre ses fonctions en CDI est de neuf mois tandis que celle dont vous disposez en tant que remplaçant d’un salarié qui part définitivement de la société et dont le poste sera supprimé est de vingt-quatre mois.

L’Entreprise utilisatrice doit conclure un contrat de mise à disposition avec l’ETT mentionnant la mise à disposition par l’ETT d’un travailleur temporaire à l’entreprise utilisatrice pour une durée définie. La signature de ce contrat se fait au maximum deux jours après la mise à disposition du salarié temporaire, un contrat écrit par l’ETT elle-même.


Autres articles intéressants