Les congés maternité, paternité, parental ou pour adoption

Quand un salarié est parent, ses devoirs croissent, notamment ceux envers ses enfants. De ce fait, la République a mis à la disposition des parents travailleurs des droits de congés afin de remplir dans les règles leurs droits et devoirs parentaux. Le bénéfice de ces droits de congé commence dès la naissance de l’enfant. En outre, les pères et les mères peuvent bénéficier des mêmes droits à l’exception de certains naturellement différents.

Les congés parentaux entraînent une suspension du contrat de travail.

Les congés maternité ou paternité

Une mère a droit au congé de maternité pour accoucher. Ce congé équivaut à seize semaines pour les deux premiers enfants et vingt-six pour un troisième. S’il s’agit de jumeaux, le congé s’étend à trente-quatre semaines et atteint quarante-six semaines pour plus de deux enfants simultanés. Elle touche alors une indemnité de la sécurité sociale.

De même, le père a droit au congé de paternité, il équivaut à onze jours pour un enfant et dix-huit jours s’il s’agit de jumeaux. De même, il bénéficie de trois jours pour un congé de naissance. Ces congés sont cumulables entre eux et indemnisés par la sécurité sociale.

Pendant la durée du congé de maternité, la personne perçoit son salaire habituel dans l’entreprise où elle travaille.

Les congés parentaux mixtes

Si le travailleur a un enfant âgé de moins de seize ans, il bénéficie d’un congé parental d’éducation. Il y a droit un an après son intégration dans l’entreprise où il travaille. Le congé dure initialement un an et peut être prolongé deux fois. En cas d’adoption, la durée est définie selon l’âge de l’enfant.

En outre, si l’enfant est victime de maladie ou de handicap nécessitant la présence d’un des parents, le travailleur peut avoir trois cent dix jours de congé de présence parentale. De même, si l’enfant tombe malade, le congé enfant malade s’étend sur trois à cinq jours annuels. Ces deux cas requièrent la présentation d’un certificat médical de l’enfant malade.

Dépendamment du travailleur, le congé de présence parental permet le maintien du contrat de travail pour travailler à temps partiel.

Les congés liés à l’adoption

Pour une adoption simple, le travailleur a droit au congé d’adoption de dix à vingt-deux semaines. À défaut, il peut prendre un congé d’adoption dans sa version courte qui est de trois jours, c’est l’équivalent du congé de naissance pour un père biologique.

Par ailleurs, toute adoption en dehors de la France métropolitaine donne lieu à un congé de six semaines. Cependant, une adoption dans les DOM-TOM permet à la personne de cumuler ce congé avec le congé d’adoption simple. Contrairement à l’adoption à l’étranger qui ne laisse pas ce privilège.


Autres articles intéressants